Archives de catégorie : dossier économie et tourisme

De maille en mailles, recycler les filets

La réflexion qui suit m’est venue au cours de parties de pêche à pied et de balades le long de nos côtes où le regard est malheureusement accroché par les déchets en plastique et des morceaux de filins divers. Je m’étais mise à imaginer des filets recyclables. J’ai fini par découvrir que cela existait déjà. 

Des  articles traitant du recyclage des filets et de la construction de bateaux dépollueurs ont éveillé ma curiosité. Il y était notamment question de cordages recyclables et compostables testés sur notre île. Le premier texte décrit la fabrication de cordages biodégradables par l’entreprise Intermas basée en Espagne, leader espagnol de la maille extrudée. (Ouest- France du 27/06/20

Christian Guyomar travaille sur un filet compostable pour la mytiliculture (l’élevage des mollusques filtreurs type moules marines) dans cette entreprise depuis plus de trois années. Ce filet  a été testé par Loïc Noiret, pêcheur de l’île. L’entreprise Chien Noir a également utilisé ces cordages toronnés et tressés pour le Parc-à-bout https://www.parcaboutgroix.com. “Plus fragile que le plastique, il ne peut cependant être utilisé pour tout” commente Christian, “mais ces cordages naturels biodégradables peuvent permettre de remplacer 15 à 20% de l’ensemble des matériaux en nylon non recyclable”. “C’est déjà un bel objectif à atteindre” .

Un deuxième article présente la fabrication de filets biodégradables par l’entreprise SeaBird basée à Larmor Plage. (Ouest France – 07/08/20). Un fileyeur en Manche a pu tester le matériel de juin à novembre 2020 pour le filet destiné à la pêche à la sole. Cet article révèle, en ce qui concerne les filets de pêche à la sole, qu’en moyenne, 8 tonnes de filets par bateau et par an sont bons à jeter. Mais leur matière en nylon ne les rend pas recyclables, ils finissent enfouis dans des centres spécialisés établis le long des côtes. S’ils sont perdus en mer, ils mettront environ 400 ans à se dégrader tout en continuant d’emprisonner des poissons et de relâcher des micros particules ingérées par les animaux marins ou finiront parfois sur les rivages. La durée de vie du filet SeaBird est de 25 à 40 ans avant de disparaître en mer. Pour mémoire, selon la Commission européenne, le matériel de pêche contenant des matières plastiques représente 27% des déchets marins retrouvés sur les côtes européennes.

Un troisième article dans (Ouest France du 12/10/20), présente l’entreprise Efinor Sea Cleanor, basée à Paimpol, spécialisée dans les navires de dépollution. Efinor dispose de différentes tailles de navire adaptés aux pêches côtières comme aux pêches hauturières ; ces bateaux récoltent les matières solides et séparent ensuite les hydrocarbures des huiles ; cette entreprise se développe (130 bateaux vendus sont en service dans le monde).

Enfin, un quatrième article dans le Télégramme du 28/11/20 présente l’entreprise Fil & Fab basée à Plougonvelin (29) spécialisée dans le recyclage des filets de pêche en les transformant en granules de polyamide (utilisés par les lunetiers et les horlogers) après les étapes de tri par couleur puis de broyage dans l’entreprise. S’ensuit l’acheminement en Italie pour le traitement par extrudation avant l’étape finale des granules.

L’objectif de cette jeune entreprise est d’acquérir sa propre machine d’extrudation et de récupérer les déchets de toute la France. Aujourd’hui, 10 tonnes de filets récupérés produisent 2 tonnes de granulés commercialisés sous le nom de Nylo. La création d’une filière nationale permettrait à l’entreprise de se développer tout en contribuant à la dépollution de nos rivages.

La liste des exemples cités est bien sûr loin d’être exhaustive, des initiatives existent aussi en méditerranée par exemple. Nous pouvons nous féliciter de ces actions mais elles nécessitent un soutien, une volonté politique pour que leurs efforts paient non pas à long terme mais rapidement parce qu’il y a urgence. Cela implique des engagements tant au niveau national que dans les comités de pêche régionaux entre autres. En effet, au-delà de la réglementation européenne traitant notamment des quotas de pêche, de la taille des maillages, des formations des professionnels et de leurs statuts, la gestion des déchets et des hydrocarbures prend toute sa dimension dans le respect de l’environnement.

Cela implique également que la réglementation européenne se préoccupe des déchets  et des hydrocarbures au même titre qu’elle se soucie des quotas de pêche, de la taille des maillages, des formations des professionnels et de leurs statuts dans un souci de respect de l’environnement.

C’est ainsi que la France a été amenée à mettre en place, en août 2018, le projet Pêche Propre, étude de préfiguration pour la mise en place d’une filière volontaire de gestion des engins de pêche usagés. 800 tonnes de filets et 400 T de chaluts usagés par an  sont à traiter dans notre pays. Et si les pêcheurs récupéraient filets et chaluts usagés ? – Journal de l’environnement – Le 26 mars 2019 par Stéphanie Senet

Et à Groix, comment ça se passe ?

Aujourd’hui, les pêcheurs professionnels déposent leurs filets et bouts usagés dans les grands bags à Port-Tudy pour être évacués vers le continent. Quant aux plaisanciers, ils déposent leurs déchets à la déchetterie.Mais que deviennent les petits morceaux de plastique et particules diverses non recyclables à ce jour dans nos déchets ? 

En attendant que nous consommions de moins en moins de matières plastiques, remettons les bacs à marée bien identifiés, dans plusieurs endroits de l’île, pour permettre aux particuliers ou aux associations de déposer les déchets ramassés le long de nos côtes. On se souvient encore de l’initiative de jeunes collégiens de Saint-Tudy qui ont inauguré deux bacs à marée à Locmaria en mai 2019 (Ouest France du 22/05/19) en présence des élus locaux et de quelques partenaires. Aujourd’hui, ils ont disparu du paysage. Pourquoi ? Plus préoccupant encore, la municipalité n’envisage pas de les remplacer. Voilà pourtant une initiative citoyenne légère et peu coûteuse que pourrait prendre sans tarder la municipalité. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, travaillons tous ensemble pour un environnement meilleur.

Liens :

Lorient. Un filet de pêche biodégradable, l’idée de l’entreprise Seabird – – Ouest-France – Par Pauline LUCAS –  06/03/2021

Mer. Les filets de pêche se mettent au bio à Lorient – Ouest-France – Par Charles JOSSE – 16/10/2019

Lorient. Un jour, les filets de pêche seront biodégradables – Ouest-France – Par Charles JOSSE – 12/02/2020

Des filets « bio » bretons pour pêcher plus écolo ! – Ouest-France – Par Charles JOSSE – 06/08∕2020

Testés en Manche, les filets « bio » pour pêcher plus écolo – Ouest-France – Par Charles JOSSE – 04/09/2020

Activité touristique 2020 – Perspectives économiques 2021 (2 sur 2)

Épisode 2 : Et maintenant ?

Avril 2021 : voici une année écoulée et malgré le second confinement, puis le couvre-feu et les nouvelles restrictions de déplacement, trop de commerces doivent garder le rideau baissé. La vie culturelle est en suspens, sans visibilité sur les délais et les conditions de reprise d’activité.

En octobre dernier, les professionnels de Groix commentaient la saison 2020 (voir épisode 1 décembre 2020). Quelle est la situation aujourd’hui, comment se portent les gens, économiquement et moralement ? Comment se préparer à rouvrir, à réembaucher, à respecter les gestes barrières ? Quelles consignes respecter ?

Quelle communication la commune prépare-t-elle en direction de la population, des commerçants et des estivants, qui seront certainement très nombreux à venir, au vu des nombreuses demandes de réservation auprès des hébergeurs et de la compagnie Océane, afin que l’accueil et la vie insulaire se déroulent dans de bonnes conditions ?

Quel accompagnement est mis en place par la commune auprès des professionnels ?

Si les actions récentes liées à la situation sanitaire étaient prioritaires,  il ne faut pas occulter la nécessité de mettre en place une véritable politique touristique et économique, tenant compte de la nouvelle donne générée par la pandémie et ses conséquences. Nous voulons voir renaître une politique de tourisme durable et responsable, en concertation avec tous les acteurs locaux, et les partenaires de l’agglomération du pays de Lorient (CTRL[1], Office de Tourisme), la CCI[2], la Compagnie Océane, l’AIP[3], le département et la région. Les enjeux sont nombreux : maintien des commerces et des emplois, hébergement des saisonniers, gestion de l’offre et de la demande en fonction des flux touristiques, gestion de l’information et de la communication, ainsi que le développement du transport local et la gestion des déplacements en toute sécurité, comme acté par le PLU[4].

L’année passée, les pics de sur-fréquentation ont montré les limites au-delà desquelles les conditions de vie et la sécurité se dégradent. Sans politique de tourisme économique durable, nous risquons de revivre les mêmes désagréments de façon trop récurrente.

À courte échéance, quel comportement collectif adopter ? Quel accueil légal pratiquer dans nos hébergements, dans nos commerces ? Par exemple, quid de l’hébergement des salariés temporaires  sur l’île ? Pourrait-on avoir un référent en mairie, auprès de qui obtenir les  informations officielles et des réponses à nos questions ?

Martine Baron, Étienne Durup

  1. CTRL : Compagnie de Transport de la Région Lorientaise
  2. CCI : Chambre de Commerce et d’Industrie
  3. AIP : Association des îles du Ponant
  4. PLU : Plan Local d’Urbanisme (voté en décembre 2019)

Activité touristique 2020 – Perspectives économiques 2021 (1 sur 2)

Épisode 1 : la réunion du 5 octobre

Lundi 5 octobre, se tenait une réunion de bilan touristique entre professionnels et élus locaux, à la salle des fêtes. En préambule, le maire a énoncé les chiffres de fréquentation de la compagnie Océane(1) puis laissé la parole aux acteurs économiques, présents dans la salle (restaurateurs, cafetiers, hébergeurs, commerçants, compagnie maritime (Escale Ouest), notamment.

L’unanimité s’est faite sur le constat de sur-fréquentation touristique en juillet, apportant certes un confort financier pour lisser la trésorerie à l’issue du premier confinement, mais apportant aussi d’importants désagréments. (mobilité : bourg et routes de l’île ; problème d’offre/demande ; problème de logements saisonniers ; incivisme ; absence de communication…). Des pistes de réflexion ont été suggérées parmi les professionnels comme :

  • revoir les heures de bourg piéton ;
  • améliorer et développer le transport public local ;
  • communiquer sur le bateau et par flyer.

« Et après, que fait-on ? »

Question posée en fin de réunion, restée sans réponse.

Si aujourd’hui, la fermeture des commerces considérés comme n’étant pas de première nécessité est au cœur des préoccupations, il n’en reste pas moins qu’une réflexion durable sur la politique touristique doit être menée.

Force est de constater, que la plupart des entreprises et commerces, dépendent fortement de l’activité touristique sur une trop courte période, même si les îles sont de plus en plus fréquentées sur les périodes de petites vacances scolaires.

Les nombreuses difficultés communes à l’ensemble des îles ont montré les limites de nos territoires en matière d’accueil dans les hébergements et restaurants, y compris pour les personnels saisonniers ; les enjeux sont évidemment économiques, mais également, qualitatifs, quantitatifs et sécuritaires.

Objectif : s’organiser et ne pas subir pour le bien être de tous ; facile à dire, mais facile à faire ?

En tous les cas, sans concertation durable entre élus, professionnels, partenaires touristiques (compagnie Océane, Lorient Agglomération) et usagers, il sera difficile de faire face aux aléas d’une fréquentation touristique non maîtrisée.

(1) Source : Ouest-France du 13-08-2020 « nombre de traversées en forte augmentation – […] Cette tendance […] touche l’île de Groix où 72797 passagers se sont rendus avec la compagnie Océane en juillet 2020 contre 63069 en juillet 2019 (+ 15.4%) et 60072 en juillet 2018 (+ 21.2%) »