À la Une

  • Deviner l’avenir a travers la routine d’un conseil municipal banal

    Sous les allures d’un ordre du jour de conseil municipal routinier, il arrive parfois que se cachent des sujets importants pour l’avenir de Groix. Comme s’il s’agissait d’un jeu de piste à l’usage des élus d’opposition et des citoyens de Groix qui ne sont pas dans le secret des dieux. Voilà qui résume bien la séance du 13 octobre dernier qui s’annonçait de pure routine avec ses passages obligés en matière de validation des mouvements comptables à l’intérieur du budget communal et d’informations légales. Comment se sont révélés les enjeux masqués de cet ordre du jour en apparence plan-plan ? Tantôt l’actualité a bousculé l’ordre prévu des choses, tantôt les échanges en cours de Conseil, ou parfois les interventions de l’opposition que nous sommes, notamment à l’occasion des questions diverses. Voici ce qu’il faut retenir d’essentiel de ce conseil concernant la vie de la commune.

     1 – Quel avenir pour le VVF de la plage des Grenats ?

    Avec ses 40 logements et ses 211 lits, le VVF (Village Vacances Familles) dispose de la plus grosse capacité hôtelière de l’île. La commune étant propriétaire du terrain, son rôle est donc essentiel dans l’avenir du site. Situés dans un cadre exceptionnel qui à lui seul devrait assurer leur attractivité, les locaux n’ont pas bénéficié de l’entretien qui leur aurait permis de se maintenir aux normes contemporaines des structures de vacances familiales. Le bail qui lie le VVF à la commune arrive à échéance et a déjà été prolongé d’un an l’an dernier en vue de trouver une solution pour pérenniser le lieu et son exploitation, ou l’abandonner, tant les travaux de rénovation paraissent importants, d’où l’urgence de tout remettre à plat. Il est à noter que jusqu’en 2020, aucun loyer, qui aurait pu permettre l’entretien des lieux, n’avait été demandé à VVF par la commune, ce dont nous nous étions étonnés lors du Conseil du 20 décembre 2020.

    La Caisse des dépôts, prête à soutenir financièrement un projet de relance du site, a mandaté un cabinet parisien spécialisé pour élaborer différents scénarios. Les résultats de l’audit devaient être communiqués en juillet dernier. Le hasard faisant bien les choses, ils l’ont été le matin même précédant le conseil lors d’une réunion à laquelle l’opposition a été conviée. Moyennant quoi d’une simple décision de prolongation du bail de trois mois comme annoncé, des informations essentielles pour l’avenir du site ont été échangées.

    Qu’est-il ressorti de cette réunion qui a fait l’objet d’un bref compte rendu par le Maire lors du Conseil municipal ? Compte tenu des possibilités très limitées d’extension, du fait des contraintes d’urbanisme, le scénario de maintien de la nature du site tout en lui offrant une remise à niveau conséquente pour le rendre attractif semble le plus vraisemblable. Et ce d’autant plus qu’un consensus s’est dégagé au sein du Conseil municipal sur l’objectif de préservation du caractère familial de la clientèle du site, dont les élus, de la majorité comme de l’opposition, souhaitent que la commune garde la propriété. Sur cette base, un appel d’offres va être lancé auquel participera VVF. Pour en suivre le déroulé, une commission a été créée à laquelle participeront des élus issus de la majorité et un élu de l’opposition ainsi que des experts venus du monde du tourisme. En séance, nous nous sommes réjouis de cette méthode de travail qui vise à réunir toutes les compétences dont dispose la commune pour construire un projet au mieux des intérêts collectifs. Nous réclamons depuis le début de la mandature et à chaque fois que l’occasion s’en est présentée ce type de fonctionnement. Cette fois, le maire a donné suite à notre demande, dont acte.  

    En l’attente des résultats, une prolongation du bail jusqu’en décembre 2022 a été votée à l’unanimité.

    2 – Quel avenir pour le port de plaisance et ses pontons à bout de souffle?

    À l’occasion d’une décision modificative du budget du port, il a été rappelé par l’adjoint chargé des ports, des activités maritimes et du littoral, Thierry Bihan, combien le remplacement des pontons était devenu urgent. Chaque utilisateur de ces installations a d’ailleurs pu s’en rendre compte, un fort coup de vent risque de les emporter tant ils sont minés par l’usure accumulée depuis une quarantaine d’années. Leur remplacement a été programmé lors du vote du budget au printemps dernier et le principe d’une expertise visant à établir un cahier des charges des travaux a été voté. En l’attente des résultats, des travaux urgents de consolidation ont été engagés. Cela ne sera malheureusement pas le cas du projet d’aire de carénage, espérée et promise depuis longtemps, mais qui, une fois de plus, a été mis en attente. Nous l’avions inscrit à notre programme électoral lors des élections municipales de 2020, et régulièrement nous interpellons le maire à ce sujet qui entretient le flou. 

    3- Quel avenir pour le stationnement à la gare maritime de Lorient?

    Nous avons inscrit ce sujet épineux à l’ordre du jour via les questions diverses. Passons rapidement sur la polémique qui s’est installée entre le maire et nous sur qui, de l’opposition ou de la majorité, a pris l’initiative d’une négociation avec la municipalité de Lorient pour obtenir des tarifs adaptés aux besoin des Groisillons et de ceux qui se rendent chaque jour sur l’île pour les besoins de leur activité professionnelle. Nous avons déjà donné tous les arguments du débat sur le site de l’Avenir de Groix.

    Malgré le vote du Conseil municipal de Lorient concernant la grille des tarifs, entérinant le montant d’un abonnement à 120 euros réservés aux usagers pendulaires, nous considérons que le dossier n’est pas clos et l’avons fait savoir au Maire. En effet, des tarifs spéciaux week-end destinés notamment  aux familles des Groisillons rendant visite à leurs parents restent à mettre au point, une proposition retenue par le maire de Lorient et qu’il s’est proposé de la mettre à l’étude. Nous avons demandé au Maire de soutenir cette proposition. Sa réponse des plus floues et des plus politiques laisse à penser qu’il n’en fera rien. Comme nous l’avons fait pour l’abonnement pendulaire à 120 euros, nous userons de tous nos appuis pour faire progresser nos propositions de tarifs aménagés.

    4 – Quel avenir pour la DSP de la Compagnie Océane ?

     Voilà une question sensible pour les habitants de l’île, si sensible qu’en 2014, la nouvelle DSP (délégation de service public) avait mis le feu aux poudres et précipité le mouvement des « cirés jaunes ». Nous avons donc interpellé le maire à l’occasion d’une question diverse, alors qu’aucune information n’a, à ce jour, filtré sur les demandes particulières que la commune aurait transmises à la Région chargée d’établir le nouveau cahier des charges de cette nouvelle DSP. 

    Après avoir tergiversé en expliquant que la commune n’avait pas compétence pour intervenir dans l’élaboration du cahier des charges, Dominique Yvon a exhumé de ses dossiers un courrier qu’il a envoyé au Président de Région, établissant une liste – fort intéressante au demeurant, pour le peu qui en a été lu sur le moment – des revendications de Groix concernant le transport maritime. Piochant dans son courrier, il a cité le besoin d’adapter les horaires de passage des rouliers aux besoins des usagers et non à ceux de la gestion du personnel, la mise à disposition des passagers handicapés d’une voiturette électrique afin de faciliter la montée de la passerelle à l’arrivée à Lorient. Il a en outre évoqué la mise en place d’une Commission des liaisons maritimes et la communication aux municipalités des bilans financiers des liaisons maritimes toujours promis mais jamais envoyés par la Région. Enfin, il a rappelé qu’il demandait le paiement de droits de quai à la commune, une révision du pourcentage sur les passages en particulier lorsqu’ils sont couverts par des abonnements qui pour l’heure ne sont pas soumis à commission.

    Où en serions-nous de l’information sur les négociations en cours entre la Région et la Compagnie Océane si nous n’avions inscrit le sujet à l’ordre du jour de ce Conseil, le troisième de l’année 2021, autrement dit l’occasion rare d’informer les citoyens de l’état des affaires de la commune ? Car soyons clair : il est question là de démocratie locale. Bien que le maire prétexte que, juridiquement, la DSP relève de la compétence de la région et non de la commune, comment peut-on imaginer que la Région ne consulte pas Groix quand il est question de leur moyen de transport quotidienr ? Quelle mauvaise manière de construire une politique locale sur un tel sujet en tenant la population à l’écart quand par ailleurs la Compagnie océane, qui est à la fois juge et partie dans le contexte actuel de renouvellement de la DSP, mobilise des cabinets spécialisés pour sonder les besoins des passagers ? En conséquence, nous avons fait remarquer que, comme pour l’avenir du VVF, une commission de réflexion destinée à recueillir les demandes et expériences de tous aurait été la bienvenue. Nous, élus d’opposition, aurions évidemment accepté de faire partie de cette commission. Nous aurions notamment pu faire valoir les demandes des artisans de l’île comme celles des particuliers – comme une question de la salle l’a souligné – concernant le transport prohibitif des matériaux, calculé sur le volume de certaines catégories de marchandises transportées et non sur leur poids, ce qui pénalise notamment le transport des matériaux d’isolation et, par conséquent, la politique de réduction du coût énergétique de l’habitat et la lutte contre le réchauffement climatique. Pas de réponse du Maire. Mais peut-être le temps fera-t-il son effet et d’ici quelques semaines, une commission sera-t-elle créée ? Restons optimistes.

  • Mobilisation exceptionnelle des Groisillons pour leurs médecins

    Mercredi 6 octobre au soir, devant une salle des Fêtes pleine à craquer, les intervenants (*) ont exposé les différents scénarii imaginés pour que Groix dispose de manière pérenne d’un nombre de médecins correspondant aux besoins. Les membres du Conseil d’administration de l’Avenir de Groix ainsi que ses élus municipaux présents ont pris la parole au même titre que de nombreux participants à cette soirée. Les élus au département de Lorient-Groix en commun qui se sont déplacés pour l’occasion ont fait état des possibilités offertes par le département au développement des projets sanitaires locaux. Ils ont en outre assuré le public de l’attention bienveillante que porte le président du Conseil départemental, David Lappartient, à la situation de l’île.

    Merci à l’Apsig (Association des professionnels de santé de l’île de Groix) et à son président Frédéric Delange pour ce beau moment de démocratie locale à laquelle les Groisillons sont si attachés.

    Un très fort courant de rejet de Kersanté – le prestataire de soins médicaux installé à la maison de santé depuis juillet dernier – s’est exprimé, rendant caduque les scénario 1 et 2. La démission durant l’été des deux médecins installés sur l’île Faustine Vuilliat et Hélène Szczepanski, ainsi que les difficultés qu’il rencontre à partir du mois d’octobre pour trouver les médecins qu’il est pourtant missionné pour envoyer sur l’île ont largement contribué à discréditer le prestataire. En outre, la révélation de certaines de ses pratiques financières ont soulevé l’indignation. En effet, répondant à une question venue de la salle, Hélène Szczepanski a révélé que la prime d’installation à tout médecin s’installant en zone fragile accordée par l’ARS (Agence régionale de santé) – et d’un montant de 50.000 euros – avait été touchée par Kersanté et que malgré ses demandes, elle ne lui avait pas été reversée.

    Le scénario 3 a été plébiscité, tout en laissant ouvert le numéro 4.

    Les organisateurs de la soirée ont fait part des avantages que pourront trouver à Groix les candidats médecins : prime à l’installation, logements mis à disposition par la mairie, existence d’une maison de santé bien équipée, réseau structuré de praticiens para-médicaux, un centre de secours actif, des liens privilégiés avec l’hôpital de Lorient. Et aussi un cadre de vie exceptionnel qu’offrent non seulement une île préservée tout en restant proche du continent, at aussi  des écoles de qualité, des activités liées à la la mer, une vie associative active, notamment dans le domaine culturel. Enfin, et c’est peut-être le plus important, les intervenants ont rappelé tout l’intérêt que représente pour de jeunes médecins l’exercice particulier de la médecine générale pratiquée sur une île éloignée des spécialistes et des installations de diagnostic sophistiquées.

    Un audit financé par l’ARS débutera dès le 11 octobre et prendra en compte les avis et souhaits échangés pendant la réunion.

    Merci encore aux organisateurs pour avoir fait partager à l’assistance leur conviction qu’une solution rapide peut être trouvée. Ils et elles ont su montrer au public toute l’énergie et la détermination qu’ils et elles déploient pour parvenir à cet objectif. Les voilà désormais forts du soutien de la population.

    (*)  Hélène Denoual cap autonomie santé, Yannick Raude infirmier Cap autonomie santé, Dominique Yvon maire, Hélène Szczepanski médecin, Frédéric Delange président Apsig, Carole Gereys (ESSORT), Christophe Popineau chef de service à Vannes et médecin hospitalier coordinateur  Ehpad groix.

  • pénurie de médecins à groix: réunion publique

    Face à la pénurie de médecins à Groix consécutive à la démission des deux médecins depuis août dernier, les professionnels de santé de l’île organisent ce soir mercredi 6 octobre une réunion publique. Elle se tiendra à la salle des Fêtes, à 20 h 30. Elle est conçue comme un moment d’échange afin d’évaluer les solutions susceptibles de convaincre de nouveaux médecins de venir exercer à Groix.