Tous les articles par Jean-Claude Jaillette

Sécheresse à Groix, le plan d’action du maire se fait attendre


Qui connait le plan d’action du maire contre la sécheresse ? Il en a sûrement un, mais n’en dit rien à personne. Voilà près de trois semaines, nous, élus d’opposition, l’avons interpelé via la presse locale pour qu’il réunisse au plus vite un conseil municipal pour débattre dans l’urgence des mesures à prendre. Et depuis, rien.
Peut-on s’en remettre aux mesures décidées par l’Agglo de Lorient qui gère la distribution de l’eau à Groix comme semble s’en contenter la municipalité ? Les élus d’opposition pensent que non. Car le pic de la consommation d’eau est devant nous quand les touristes et vacanciers vont arriver en masse sur l’île. Les informer du besoin impératif d’économiser l’eau pendant leur séjour est essentiel. Selon les plans de l’Agglo, ils seront informés par ses clips diffusés sur le bateau. Il faudra aller plus loin car d’ici peu la commune passera de 2300 habitants à 8000. Nous demandons que tous les loueurs soient mis dans l’obligation d’informer énergiquement leurs locataires de la sécheresse et de la situation particulière des réserves d’eau sur une île. Pour cela des moyens doivent être mis à leur disposition : affichettes, dépliants, flyers, etc. qui expliquent comment économiser l’eau. C’est à la municipalité de Groix de demander à l’Agglo de mettre en œuvre cette mesure. Il y a urgence.
Marie José Mallet, Jean-Claude Jaillette, Victor Da Silva

Et si on se parlait !

Les élus de l’opposition à l’écoute des habitants

Marie-José Mallet (élue départementale), Jean-Claude Jaillette, Victor Da Silva, élus municipaux d’opposition,  inaugurent une série de réunions de village ce samedi 14 mai à 17 heures 2022. La première réunion se tiendra dans les environs de Quéhello, chez Anne Le Bihan (*). Sont concernés tous ceux qui habitent autour de Quéhello et de ses environs, mais bien entendu tous ceux, habitant plus loin, qui ont envie de débattre.

Le principe

Après deux années de mandat, nous éprouvons le besoin de rencontrer la population à l’occasion d’un échange sans ordre du jour précis, où chaque participant pourra exprimer son point de vue sur la vie locale. Quels sont les besoins qui ne sont aujourd’hui pas pris en compte, quels projets mériteraient d’être inscrits à l’ordre du jour de la municipalité, qu’attend la population de ses élus, les élus sont-ils en phase avec les grands enjeux des décennies à venir, etc. 

Venez ce samedi 14 mai 2022 à 17 heures 

avec vos idées, vos colères, vos projets, vos critiques, votre vision de l’avenir.

Nous vous proposons tout simplement d’en parler ensemble, de manière conviviale.

(*) Comment se rendre chez Anne Le Bihan ? En venant du Bourg, prendre à gauche la rue qui passe devant l’Escargoterie, en bas prendre à droite le petit chemin. C’est la 2ème maison neuve.

Fin de grève à la Compagnie océane, les leçons à tirer pour la future DSP

Les élus d’opposition de la municipalité de Groix se réjouissent de la fin de la grève qui a affecté le transport des passagers des marchandises entre Lorient et Groix durant cinq jours. Ils se félicitent que les revendications mises en avant par les salariés aient trouvé une issue favorable. 

Néanmoins, ils regrettent que les partenaires sociaux n’aient pu éviter l’épreuve de force. S’agissant d’un service public vital pour les habitants de l’île ainsi que de ses entreprises, tout doit être mis en œuvre pour éviter une telle interruption pénalisant lourdement les usagers. De longues dates, les salariés, à travers leurs représentants, alertent leur direction sur leurs conditions de travail et les conséquences sur la sécurité des passagers ainsi que sur la fréquence des rotations. L’intérêt du public doit prévaloir en toute circonstance : les partenaires sociaux ont le devoir de tout mettre en œuvre pour éviter l’interruption du service.

Nous demandons donc que lors de l’établissement de la future DSP (délégation de service public) sur le point d’être renouvelée, l’obligation de négociations entre partenaires sociaux soit renforcée.

Jean-Claude Jaillette, Marie-José Mallet, Victor Da Silva

La justice tranche la triste affaire de la rue du Large

Il se passe de drôles de choses à Groix, sans que la presse locale n’en rende compte. Ici, quelques jours avant Noël, on convoque à la gendarmerie une septuagénaire et un octogénaire pour leur infliger un interrogatoire musclé comme s’il s’agissait de délinquants ordinaires. Leur délit ? Avoir déplacé – il est vrai sans trop de précautions – une table de jardin, des pots de fleurs, une corde et quelques piquets en bois qui les empêchait d’emprunter l’étroite rue du Large à Locmaria. Ce qui leur a valu une plainte pour vol déposée par la propriétaire de ce bric-à-brac qui avait filmé la scène à l’aide d’une caméra de surveillance installée derrière ses fenêtres. On croit rêver : la force publique se met en branle pour quelques piquets en bois disparus… et retrouvés plus tard dans sur un terrain voisin appartenant à la personne qui a porté plainte ! 

Mais voilà, cette histoire a des racines profondes. En effet, dans le haut de cette rue qui relie la rue Tromor à celle du Liaker, se joue depuis trois ans un conflit qui est en réalité le produit d’une accumulation d’erreurs administratives. Au fil des mois, sous le regard désinvolte des autorités municipales qui n’ignoraient rien du caractère explosif de la situation, une histoire digne d’un théâtre de Guignol s’est construite. A la longue, elle a fini par empoisonner tout le quartier. 

Il y a trois ans donc, une habitante du haut de la rue s’est mise en tête de revendiquer la propriété d’un espace situé devant chez elle, excédée de l’occupation du lieu par trop de voitures. Problème, l’espace en question se confond avec la rue, une voie publique en réalité. Mais sûre de son bon droit, elle s’est appuyé sur un acte notarié lui attribuant une parcelle empiétant sur la rue Large. Moyennant quoi, pour marquer sa propriété, elle a purement et simplement barré la rue l’aide de palettes, empêchant les riverains de circuler d’une extrémité à l’autre de la rue pour vaquer à leurs occupations.

Le ton est très vite monté entre voisins qui ne l’entendaient pas de cette oreille. Au point qu’une plainte a été déposée suivie d’un procès lui contestant la propriété de cet espace. La justice a tranché : le bout de terrain qu’elle revendiquait ne lui appartient pas, car il est apparu qu’une erreur s’était glissée dans le cadastre lors d’un remaniement cadastral dans les années 70, erreur entérinée un peu légèrement (et même sans justification légale) par un adjoint au maire de l’époque, mais qu’aucun acte notarié n’avait confirmé. Pis encore, l’espace en question est bien une voie publique est doit donc être laissée libre à la circulation. La mémoire collective était donc fidèle, cette rue avait toujours servi à relier la rue du Tromor à celle de Liaker. 

Une barricade bloque la voie publique

Mais alors pourquoi cette habitante a-t-elle campé avec autant d’énergie sur sa position ? En réalité, parce que, prudente, en juillet 2019, elle a sollicité la mairie pour obtenir une autorisation d’ériger à cette endroit une barrière de 3 mètres de long et haute de 90 centimètres équipée d’un portillon. Ce à quoi il lui est répondu par un arrêté du l9 juillet 2019 signé d’un adjoint au maire que « compte tenu de conflit majeur avec le voisinage que le projet risque de provoquer », un « sursis à statuer » valable deux ans est prononcé. Autrement dit, l’adjoint au maire a flairé l’embrouille, et n’a provisoirement pas donné son accord.

De barrière il n’y a donc pas eu. Mais à la place, c’est une barricade qui a été érigée à l’aide de palettes. Et qui fit la mairie qui pourtant avait publié un arrêté on ne peut plus clair au regard de l’ordre public ? Rien, tolérant une barricade, malgré les protestations des riverains, pas plus après le jugement du tribunal qu’avant . Il a fallu attendre deux ans pour qu’une pétition signée de trois cents personnes issues de tous les villages de l’île s’appuyant et réclamant le libre passage atterrisse sur le bureau du maire pour que ce dernier dépêche le policier municipal accompagné des gendarmes afin de lever le barrage. Furieuse, l’habitante déboutée a réduit le passage à son strict minimum à l’aide de la fameuse table de jardin et de quelques pots de fleurs, déclenchant ainsi la mauvaise humeur de ses voisins et leur intervention un peu brutale qui a eu comme conséquence la plainte pour vol. 

Une perquisition pour un pied de table disparu

Dès le lendemain du dépôt de plainte pour vol, les gendarmes, décidemment très réactifs, ont débarqué au domicile des personnes concernées pour fouiller leur maison à la recherche d’indices matérialisant le vol, un bout de bois, un pied de chaise, qu’importe. La fouille s’est en fait déroulée sans mandat, ce que les gendarmes ont couvert en faisant signer une autorisation de fouille après la visite des lieux à des personnes âgées vulnérables sous le choc d’une telle descente de police. Bredouilles, leur chef a demandé aux deux personnes de se rendre à la gendarmerie le lendemain. Là, le grand jeu a commencé, laissant les deux « suspects » choqués et angoissés.

Les forces de l’ordre ont-elles usé de moyens proportionnés pour mener leur enquête pour un peu de mobilier malmené ? A l’évidence non. Quelles consignes ont-elles reçues de la justice à qui la plainte a été adressée pour traiter ainsi des personnes âgées et fragiles ? Mystère. Aux autorités locales de nous apporter la réponse. 

Cette histoire aurait pu tenir en quelques lignes : une erreur de transcription de cadastre suivi d’un abus de pouvoir d’un adjoint au maire ont conduit une habitante à revendiquer la propriété d’un espace qui en réalité est public. Les autorités locales interpelées flairent un possible et grave conflit de voisinage, mais n’interviennent pas face au coup de force de l’habitante. La justice tranche sans que les autorités locales ne se soucient de faire appliquer la décision. Et c’est ainsi qu’au summum de la crise des gendarmes intimident des voisins réclamant le rétablissement de leurs droits, usant de méthode peu adaptée à la situation et à l’âge des personnes concernées. Une banale histoire de voisinage ? Un fait divers clochemerlesque qui ne mériterait pas deux lignes dans un journal local? Non, un scandale de la vie communale où l’on peut barrer une voie publique pour se l’approprier sans que le maire ne s’en émeuve malgré la connaissance qu’il avait du caractère publique de la rue, ce que souligne un peu plus encore la décision de la Cour d’Appel du 24 janvier dernier confirmant le jugement de premier instance : la rue Large devra être totalement libre au plus tard à la fin du mois de février. A la date du 4 mars 2022, date à laquelle ces lignes sont écrites, elle l’est. Il fallait que ce soit dit et écrit, nous le faisons.

Reste que la spirale de tensions physiques et psychologiques dans laquelle se sont trouvés précipités les habitants de cette rue du Large est désastreuse. D’un côté, une personne sûre de son bon droit, bien que contesté par la justice, use de méthodes agressives pour intimider ses voisins, de l’autre lesdits voisins qui parfois perdent patience et font voler des noms d’oiseau et qui vivent désormais dans l’angoisse de poursuites pénales, bien qu’ils aient reçu des assurances du maire sur l’absence de suites. Voilà comment naissent les conflits de territoires. D’autres lieux sont l’objet de conflits identiques à travers l’île, produit d’un mode de vie ancestrale où la solidarité et le dialogue entre voisins étaient la règle. Pour qu’une telle triste guignolade ne se reproduise pas, nos autorités seraient bien inspirées de s’en saisir au plus vite, à la différence de ce qui s’est passé rue du Large.

Notre humeur après le conseil du 15/12/21

« Quoi de neuf durant ce conseil du 15 décembre ? » avions-nous envie de dire à la sortie.  « Bah, tout est vieux… » aurions-nous pu répondre. En tout cas du « déjà-vu » dans la méthode et l’esprit. 

• Car comment qualifier autrement cette manière maintes fois utilisée d’expurger l’ordre du jour de toutes les questions stratégiques, où la comptabilité explique à elle seule les projets futurs ? Un exemple ? L’équipe de direction de la mairie a pris l’initiative de présenter au Conseil une projection budgétaire à cinq ans. C’est une bonne initiative, louable même puisque rien n’oblige une commune de moins de 3500 habitants à le faire. Mais hélas, il manque à cette projection quelque chose d’essentiel qui lui aurait donné le souffle d’un vrai projet d’avenir sur cinq ans, en l’occurrence un plan stratégique. Quel sens donner aux reconductions de lignes comptables si elles ne sont pas accompagnées de l’expression des projets futurs ? Par quoi la variation annuelle de la ligne budgétaire consacrée aux investissements est-elle motivée ? Par l’augmentation du coût des matériaux de construction des chantiers engagés ou par des travaux induits par la transition énergétique par exemple, ou par la dynamisation de l’activité économique ? Mystère, personne ne le dit. Quelle vision pour Groix ? Un exemple : des ateliers se sont déroulés sur une année avec  divers consultants, les représentants de l’Agglo, les bailleurs sociaux, l’architecte des bâtiments de France  sur la revitalisation du port et du bourg. Déboucheront-ils sur des projets concrets ? L’île sera-t-elle livrée au tourisme ou bien le flux sera-t-il maîtrisé et comment ? Y développera-t-on une économie capable d’attacher ses habitants de toutes générations à leur territoire ? Quelle place sera donnée à une transition énergétique juste, à la jeunesse ? Etc.

 Nous, élus d’opposition, avons posé ces questions sans qu’il nous soit sérieusement répondu. Sauf par quelques informations données par raccroc comme celle d’un projet de ferme solaire sur l’île qui, selon son promoteur offrirait l’autosuffisance énergétique. Un projet qui mériterait un vrai débat, des zones de captage d’eau destinée au réseau de distribution se trouvant sur les terrains agricoles convoités.

• Et puis il y eut les sempiternelles « DM » (décisions modificatives) du budget voté en début d’année et que l’adjoint aux finances égraine mécaniquement. Pourquoi tant de rectifications votées à chaque conseil municipal ? S’agit-il d’erreurs de saisie ou même d’erreurs comptables?  Il faudra bien un jour que cesse cette litanie, au risque que, si elle perdurait un peu trop, les élus et au-delà les citoyens, perdent confiance dans les budgets qu’on leur demande de voter quelques mois auparavant.

• Et puis il y eut aussi les informations importantes pour l’avenir des habitants et pourtant passées sous silence concernant en particulier l’actualité de l’Agglo, alors que l’occasion se présentait de les livrer à la population. Comme si nous n’étions pas dignes de savoir ce qui se décide à l’Agglo, pourtant partie prenante de tant de décisions locales. 

Explications.

Un point concernant le bilan de l’année 2020 de l’Agglo a été inscrit à l’ordre du jour. « Le document est à disposition à la mairie » a commenté le maire. Nous pensions raisonnablement qu’il aurait saisi l’occasion, en tant que seul représentant de la commune de Groix à siéger dans cette assemblée composée des 25 communes des environs de Lorient, de nous faire part du lancement en 2020 d’un ambitieux projet de territoire qui a abouti fin 2021. De l’avis même du président de l’Agglo et maire de Lorient Fabrice Loher « ce fut le premier acte fort du mandat. » Il poursuivait : « l’objectif est de structurer les actions de Lorient Agglo sur le long terme. C’est une feuille de route stratégique reposant sur trois piliers : l’attractivité économique, la transition écologique et l’aménagement du territoire ». Intéressant non ? C’est en gros ce qui devrait guider les réflexions des élus groisillons nous semble-t-il. Le maire de Groix en a-t-il partagé ces informations capitales avec son Conseil ? Non. Curieuse manière de faire fonctionner la démocratie locale.

Mais il y a encore plus regrettable. Car lors du vote en séance solennelle le 9 novembre 2021, Marc Boutruche, 3ème vice-président en charge de la coordination du projet s’est félicité de la démarche hautement collective qui a prévalu dans la préparation du projet : « Nous avons su collectivement revenir à l’essentiel, comment bien vivre au quotidien et le plus important, ensemble. ». Et de donner des chiffres : 1000 interventions différentes ont été collectées venant d’élus municipaux, d’acteurs sociaux économiques, de témoins citoyens. Et, cerise sur le gâteau, la dernière réunion de concertation avec des élus s’est tenue à Groix le 2 juillet 2021. Qui y a participé à Groix? En tous les cas pas les élus d’opposition qui n’y ont pas été invités. Et à notre connaissance, aucune publicité n’a été donnée à cette réunion pourtant toute symbolique, ni même au processus engagé. L’élaboration collective tant vantée à Lorient n’a pas traversé les Courreaux. 

Mais peut-être la majorité du Conseil craignait qu’en faisant état de ce projet, nous ne rappelions la position du groupe d’opposition à l’Agglo, le groupe « Terre et Mer » dont nous sommes proches. Ses orateurs se sont en effet élevés contre l’absence de hiérarchisation des objectifs du projet, contre l’absence de programmation pluriannuelle sans projection financière, donnant l’impression d’un relevé d’intentions sans engagement. Bref, pour le groupe Terre et Mer, ce projet voté par la majorité à laquelle appartient le représentant de Groix en la personne de son maire Dominique Yvon, ne permet pas aux citoyens de se projeter dans l’avenir, malgré les ambitions affichées. Voilà qui nous ramène à la manière dont la majorité du Conseil municipal de Groix présente ses projections financières sur les cinq années à venir.

Voilà donc ce que nous avons retenu de ce conseil dont, une fois n’est pas coutume, nous publions la chronique près de deux mois après sa tenue. Les fêtes de fin d’années sont passées par là, ainsi qu’un virus qui ne nous a pas épargnés.

A quoi sert Kersanté ?

« Pas de médecins à Groix la première semaine de décembre » a publié le Télégramme le 5 décembre dernier. Citant le maire, Dominique Yvon, qui s’est exprimé le 4 décembre dernier au cours de la fête de la Sainte-Barbe organisée par les Sapeurs pompiers, l’article précise que la situation sanitaire de l’île est si tendue que les nouveaux arrivants pourraient être tentés de quitter l’île si des solutions ne sont pas trouvées rapidement. Et pour cause : une brève consultation du site internet de Kersanté, le prestataire de service mandaté par ARS au mois d’avril dernier pour recruter des médecins, indique qu’aucun rendez-vous de médecine générale ne peut être pris avant… le 13 janvier prochain.

Dans le même article, on apprend que l’ARS (Agence régionale de santé) réalise depuis trois mois un audit sur l’île visant à construire une solution durable pour que Groix retrouve très vite un ou plusieurs médecins capables d’assurer une permanence de soins sur l’île. Dès lors, une question se pose : pourquoi faut-il trois mois, et peut-être un mois supplémentaire, pour constater que Kersanté est en échec depuis le mois de septembre dernier ? 

Chacun a pu constater que depuis cette date, à de très rares exceptions, Kersanté ne propose pas de rendez-vous avant le début du mois de janvier, avançant comme argument qu’aucun médecin n’est volontaire pour venir sur l’île. Aucun médecin ne serait prêt à venir sur l’île, vraiment ? Selon nos informations, des médecins ayant effectué des remplacements à Groix au cours des deux dernières années se sont étonnés de ne pas avoir été contactés par Kersanté pour savoir s’ils étaient prêts à effectuer quelques vacations, alors même qu’ils étaient prêts à le faire. De fait, le médecin annoncé pour les trois dernières semaines de décembre(le Télégramme du 7 décembre) a été débusqué par… l’audit, et non par Kersanté. Chacun en tirera les leçons.

Toujours dans le même article du Télégramme, Frédéric Delange, président de l’APSIG, association des professionnels de santé de l’île de Groix, fait part malgré tout de son optimisme pour les semaines et les mois à venir. Nous souhaitons vivement qu’il voie juste.

Dans l’attente de jours meilleurs, Cinef’îles et les professionnels de santé de Groix se sont associés pour organiser une soirée le 17 décembre prochain au Cinéma des familles à 20h30 sur le thème du manque de médecin dans un territoire isolé et comment en retrouver. Le film “La grande séduction” sera projeté suivi d’un débat organisé par les professionnels de santé de Groix. 

Faisons de Groix un modèle de territoire cyclable

Et si Groix devenait le paradis du vélo ? C’est possible, d’autant plus rapidement que des aménagements ont déjà été réalisés, insuffisants certes, mais réels. Pour parvenir à ce qui permettrait – enfin – aux cyclistes, aux touristes-cyclistes, aux piétons et aux automobilistes de cohabiter en particulier durant les périodes de forte affluence, l’île dispose de ressources que bien des territoires nous envient. Les innombrables chemins de traverses, tous plus accueillants les uns que les autres pourraient apporter les chaînons manquants au réseau actuel, constitué aujourd’hui presque uniquement de routes asphaltées et étroites co-utilisées par des véhicules à moteur. Mais voilà, cet idéal de mobilités douces, nous n’y sommes pas encore, faute d’aménagements, en dépit des plans successifs de 2008 puis de 2015 visant à développer des itinéraires cyclables.

Le moment est venu d’infléchir la manière d’aborder cette question importante des itinéraires cyclables à Groix. Pour deux raisons : d’une part parce que 1,7 kilomètre de piste cyclable est sur le point d’être aménagé à grands frais (900.000 euros le kilomètre) le long de la départementale D202 (autrement dit le long de la route d’Intermarché) en direction des Grands Sables et de Locmaria; et, d’autre part, parce que l’Agglo vient de voter le principe d’une modification du schéma cyclable pour 2022 avec financements à la clé, sur demande de la municipalité et de son maire, ce qui paraît une bonne idée. Sauf qu’à part quelques élus privilégiés de la majorité, aucun habitant n’était au courant. Et surtout, aucun usager n’a été consulté sur le nouveau plan jusqu’à ce jour, afin de permettre de l’adapter aux besoins réels. 

Pour les Groisillons, cyclistes ou non, une occasion se présente pourtant de faire connaître leur point de vue : il reste en effet quelques jours pour participer à l’élaboration du baromètre des villes cyclables organisé par la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette). Ce baromètre existe depuis 4 ans et connaît un accueil grandissant dans le public. Il constitue un outil efficace pour négocier des améliorations avec les communes. Pour y participer, il faut répondre à un questionnaire composé d’une trentaine de questions portant sur la sécurité des itinéraires, leur étendue, les équipements en matière de stationnement, le recensement des points dangereux, etc. 

DATE LIMITE POUR PARTICIPER : le 30 novembre 2021

Contribuer est important, car ne seront publiés que les résultats des communes dont le nombre de participants est supérieur à 50. À Groix, à ce jour, nous n’en sommes pas loin, mais la participation reste encore insuffisante. C’est donc le moment ou jamais de répondre au questionnaire.  

Pour ce qui nous concerne, sans attendre les résultats de l’observatoire, nous, élus d’opposition et membres de l’Avenir de Groix, travaillons à un diagnostic de la situation cyclable assorti de propositions. Nous souhaitons associer toutes les bonnes volontés qui voudront bien apporter leur contribution à l’élaboration d’un projet d’île cyclable correspondant aux besoins réels des utilisateurs. Si vous êtes intéressés, faites-le nous savoir par l’intermédiaire de la messagerie de ce site. Nous prendrons rapidement contact avec vous pour mettre en place un groupe de travail sur le thème des mobilités douces. À bientôt donc.

Deviner l’avenir a travers la routine d’un conseil municipal banal

Sous les allures d’un ordre du jour de conseil municipal routinier, il arrive parfois que se cachent des sujets importants pour l’avenir de Groix. Comme s’il s’agissait d’un jeu de piste à l’usage des élus d’opposition et des citoyens de Groix qui ne sont pas dans le secret des dieux. Voilà qui résume bien la séance du 13 octobre dernier qui s’annonçait de pure routine avec ses passages obligés en matière de validation des mouvements comptables à l’intérieur du budget communal et d’informations légales. Comment se sont révélés les enjeux masqués de cet ordre du jour en apparence plan-plan ? Tantôt l’actualité a bousculé l’ordre prévu des choses, tantôt les échanges en cours de Conseil, ou parfois les interventions de l’opposition que nous sommes, notamment à l’occasion des questions diverses. Voici ce qu’il faut retenir d’essentiel de ce conseil concernant la vie de la commune.

 1 – Quel avenir pour le VVF de la plage des Grenats ?

Avec ses 40 logements et ses 211 lits, le VVF (Village Vacances Familles) dispose de la plus grosse capacité hôtelière de l’île. La commune étant propriétaire du terrain, son rôle est donc essentiel dans l’avenir du site. Situés dans un cadre exceptionnel qui à lui seul devrait assurer leur attractivité, les locaux n’ont pas bénéficié de l’entretien qui leur aurait permis de se maintenir aux normes contemporaines des structures de vacances familiales. Le bail qui lie le VVF à la commune arrive à échéance et a déjà été prolongé d’un an l’an dernier en vue de trouver une solution pour pérenniser le lieu et son exploitation, ou l’abandonner, tant les travaux de rénovation paraissent importants, d’où l’urgence de tout remettre à plat. Il est à noter que jusqu’en 2020, aucun loyer, qui aurait pu permettre l’entretien des lieux, n’avait été demandé à VVF par la commune, ce dont nous nous étions étonnés lors du Conseil du 20 décembre 2020.

La Caisse des dépôts, prête à soutenir financièrement un projet de relance du site, a mandaté un cabinet parisien spécialisé pour élaborer différents scénarios. Les résultats de l’audit devaient être communiqués en juillet dernier. Le hasard faisant bien les choses, ils l’ont été le matin même précédant le conseil lors d’une réunion à laquelle l’opposition a été conviée. Moyennant quoi d’une simple décision de prolongation du bail de trois mois comme annoncé, des informations essentielles pour l’avenir du site ont été échangées.

Qu’est-il ressorti de cette réunion qui a fait l’objet d’un bref compte rendu par le Maire lors du Conseil municipal ? Compte tenu des possibilités très limitées d’extension, du fait des contraintes d’urbanisme, le scénario de maintien de la nature du site tout en lui offrant une remise à niveau conséquente pour le rendre attractif semble le plus vraisemblable. Et ce d’autant plus qu’un consensus s’est dégagé au sein du Conseil municipal sur l’objectif de préservation du caractère familial de la clientèle du site, dont les élus, de la majorité comme de l’opposition, souhaitent que la commune garde la propriété. Sur cette base, un appel d’offres va être lancé auquel participera VVF. Pour en suivre le déroulé, une commission a été créée à laquelle participeront des élus issus de la majorité et un élu de l’opposition ainsi que des experts venus du monde du tourisme. En séance, nous nous sommes réjouis de cette méthode de travail qui vise à réunir toutes les compétences dont dispose la commune pour construire un projet au mieux des intérêts collectifs. Nous réclamons depuis le début de la mandature et à chaque fois que l’occasion s’en est présentée ce type de fonctionnement. Cette fois, le maire a donné suite à notre demande, dont acte.  

En l’attente des résultats, une prolongation du bail jusqu’en décembre 2022 a été votée à l’unanimité.

2 – Quel avenir pour le port de plaisance et ses pontons à bout de souffle?

À l’occasion d’une décision modificative du budget du port, il a été rappelé par l’adjoint chargé des ports, des activités maritimes et du littoral, Thierry Bihan, combien le remplacement des pontons était devenu urgent. Chaque utilisateur de ces installations a d’ailleurs pu s’en rendre compte, un fort coup de vent risque de les emporter tant ils sont minés par l’usure accumulée depuis une quarantaine d’années. Leur remplacement a été programmé lors du vote du budget au printemps dernier et le principe d’une expertise visant à établir un cahier des charges des travaux a été voté. En l’attente des résultats, des travaux urgents de consolidation ont été engagés. Cela ne sera malheureusement pas le cas du projet d’aire de carénage, espérée et promise depuis longtemps, mais qui, une fois de plus, a été mis en attente. Nous l’avions inscrit à notre programme électoral lors des élections municipales de 2020, et régulièrement nous interpellons le maire à ce sujet qui entretient le flou. 

3- Quel avenir pour le stationnement à la gare maritime de Lorient?

Nous avons inscrit ce sujet épineux à l’ordre du jour via les questions diverses. Passons rapidement sur la polémique qui s’est installée entre le maire et nous sur qui, de l’opposition ou de la majorité, a pris l’initiative d’une négociation avec la municipalité de Lorient pour obtenir des tarifs adaptés aux besoin des Groisillons et de ceux qui se rendent chaque jour sur l’île pour les besoins de leur activité professionnelle. Nous avons déjà donné tous les arguments du débat sur le site de l’Avenir de Groix.

Malgré le vote du Conseil municipal de Lorient concernant la grille des tarifs, entérinant le montant d’un abonnement à 120 euros réservés aux usagers pendulaires, nous considérons que le dossier n’est pas clos et l’avons fait savoir au Maire. En effet, des tarifs spéciaux week-end destinés notamment  aux familles des Groisillons rendant visite à leurs parents restent à mettre au point, une proposition retenue par le maire de Lorient et qu’il s’est proposé de la mettre à l’étude. Nous avons demandé au Maire de soutenir cette proposition. Sa réponse des plus floues et des plus politiques laisse à penser qu’il n’en fera rien. Comme nous l’avons fait pour l’abonnement pendulaire à 120 euros, nous userons de tous nos appuis pour faire progresser nos propositions de tarifs aménagés.

4 – Quel avenir pour la DSP de la Compagnie Océane ?

 Voilà une question sensible pour les habitants de l’île, si sensible qu’en 2014, la nouvelle DSP (délégation de service public) avait mis le feu aux poudres et précipité le mouvement des « cirés jaunes ». Nous avons donc interpellé le maire à l’occasion d’une question diverse, alors qu’aucune information n’a, à ce jour, filtré sur les demandes particulières que la commune aurait transmises à la Région chargée d’établir le nouveau cahier des charges de cette nouvelle DSP. 

Après avoir tergiversé en expliquant que la commune n’avait pas compétence pour intervenir dans l’élaboration du cahier des charges, Dominique Yvon a exhumé de ses dossiers un courrier qu’il a envoyé au Président de Région, établissant une liste – fort intéressante au demeurant, pour le peu qui en a été lu sur le moment – des revendications de Groix concernant le transport maritime. Piochant dans son courrier, il a cité le besoin d’adapter les horaires de passage des rouliers aux besoins des usagers et non à ceux de la gestion du personnel, la mise à disposition des passagers handicapés d’une voiturette électrique afin de faciliter la montée de la passerelle à l’arrivée à Lorient. Il a en outre évoqué la mise en place d’une Commission des liaisons maritimes et la communication aux municipalités des bilans financiers des liaisons maritimes toujours promis mais jamais envoyés par la Région. Enfin, il a rappelé qu’il demandait le paiement de droits de quai à la commune, une révision du pourcentage sur les passages en particulier lorsqu’ils sont couverts par des abonnements qui pour l’heure ne sont pas soumis à commission.

Où en serions-nous de l’information sur les négociations en cours entre la Région et la Compagnie Océane si nous n’avions inscrit le sujet à l’ordre du jour de ce Conseil, le troisième de l’année 2021, autrement dit l’occasion rare d’informer les citoyens de l’état des affaires de la commune ? Car soyons clair : il est question là de démocratie locale. Bien que le maire prétexte que, juridiquement, la DSP relève de la compétence de la région et non de la commune, comment peut-on imaginer que la Région ne consulte pas Groix quand il est question de leur moyen de transport quotidienr ? Quelle mauvaise manière de construire une politique locale sur un tel sujet en tenant la population à l’écart quand par ailleurs la Compagnie océane, qui est à la fois juge et partie dans le contexte actuel de renouvellement de la DSP, mobilise des cabinets spécialisés pour sonder les besoins des passagers ? En conséquence, nous avons fait remarquer que, comme pour l’avenir du VVF, une commission de réflexion destinée à recueillir les demandes et expériences de tous aurait été la bienvenue. Nous, élus d’opposition, aurions évidemment accepté de faire partie de cette commission. Nous aurions notamment pu faire valoir les demandes des artisans de l’île comme celles des particuliers – comme une question de la salle l’a souligné – concernant le transport prohibitif des matériaux, calculé sur le volume de certaines catégories de marchandises transportées et non sur leur poids, ce qui pénalise notamment le transport des matériaux d’isolation et, par conséquent, la politique de réduction du coût énergétique de l’habitat et la lutte contre le réchauffement climatique. Pas de réponse du Maire. Mais peut-être le temps fera-t-il son effet et d’ici quelques semaines, une commission sera-t-elle créée ? Restons optimistes.

Parking payant: comment l’opposition a fait pression sur la mairie de Lorient

Nous allons vous raconter l’histoire d’une victoire de l’opposition groisillonne – alliée à celle de Lorient – que le maire de Lorient, Fabrice Loher, s’efforce de faire passer pour une défaite de ces mêmes opposants. Certains diront que l’histoire ressemble à ces interminables soirées électorales où les perdants se contorsionnent pour faire croire à leur victoire et faire ainsi passer la pilule. Pourtant,  ce que nous allons raconter est l’exacte vérité. Elle s’est déroulée en quatre actes et a débuté en mai dernier.

Voici le récit de la fixation des tarifs d’abonnements du parking de la gare maritime de Lorient dont profitent les insulaires et les travailleurs pendulaires, autrement dit les salariés qui font chaque jour l’aller-retour Lorient/Groix ou inversement pour se rendre à leur travail.

Acte 1. Le Conseil municipal de Lorient du 27 mai vote le principe du parking payant de la gare maritime. Depuis l’été précédent, nous, élus de l’opposition groisillonne et membres du Conseil d’administration de l’Avenir de Groix pressions la mairie de Groix de mener des discussions avec la mairie de Lorient pour obtenir des tarifs les plus bas possible pour les travailleurs pendulaires, pour les insulaires qui se rendent à des soins médicaux sur le continent, et pour les familles des insulaires lorsqu’elles leur rendent visite à Groix, lors de grands week-ends en particulier. Nous demandions aussi que des places leur soient réservées. Nous avons pris position en ce sens dans la presse locale ainsi que sur notre site internet.

Acte 2. Le 6 juillet, nous publions en avant-première la grille des tarifs et informons les Groisillons et les pendulaires qu’ils pourront souscrire un abonnement à 120 euros par an, soit 10 euros par mois et qu’un parking, le P1, leur sera réservé. Nous étions informés de ce tarif spécial depuis plusieurs semaines, l’un d’entre nous étant en contact régulier avec l’adjointe aux transports de Lorient, Laure Dechavanne. Par crainte d’un revirement de dernière minute, toujours possible, nous avons choisi de ne communiquer ce montant qu’à quelques heures de l’ouverture du parking payant. Le 9 juillet, les usagers découvrent un panneau informant sur les tarifs installé à l’entrée des deux parkings. Aucune information préalable n’a été faite sur la grille tarifaire, ni au Conseil municipal, ni par voie de presse.

Acte 3.  Le Conseil d’administration de l’Avenir de Groix – dont les trois élus d’opposition font partie – décide de déposer un recours gracieux visant à annuler la grille tarifaire. Motif dument argumenté juridiquement : la grille tarifaire aurait dû légalement être présentée au Conseil municipal pour qu’il en débatte, ce qui n’a pas été fait. Le conseil du 27 mai s’est contenté de présenter un tableau prévisionnel des investissements. Un débat aurait permis aux élus d’opposition de Lorient en commun, avec lesquels nous sommes alliés, de faire valoir les demandes particulières des Groisillons. Le recours a été déposé le 30 juillet dernier. 

Acte 4. Poussé par notre recours gracieux et cherchant à empêcher un éventuel recours devant un Tribunal administratif, le maire de Lorient inscrit à l’ordre du jour du Conseil municipal du 30 septembre 2021 un bordereau visant à faire voter la grille tarifaire du parking de la gare maritime. Quelques jours avant, nous avons reçu une lettre en réponse à notre demande de recours gracieux : elle indique que notre recours est rejeté, au motif qu’une délégation a été donnée au maire en juillet 2020 pour fixer les tarifs des parkings lorientais à condition qu’ils soient temporaires. C’est là toute l’astuce du maire de Lorient pour faire passer le succès de notre pression pour une cuisante défaite. Car s’il a précisé lors du Conseil du 27 mai qu’une évaluation serait faite dans les mois qui suivraient la mise en place du parking payant, il n’a jamais précisé formellement que les tarifs seraient « temporaires ». Cet argument a été présenté au Conseil du 30 septembre, permettant à la majorité lorientaise de refuser de revoir la grille des tarifs dans un sens plus favorable aux Groisillons. Et ce malgré les recettes des premiers mois d’exploitation trois fois supérieures aux prévisions. 

Néanmoins, le vote du 30 septembre a acté définitivement  l’abonnement annuel à 120 euros. De plus, à la demande de Damien Girard de Lorient en commun, avec lequel nous nous étions concertés, Fabrice Loher s’est engagé à mettre à l’étude un tarif de week-end pour les familles des Groisillons.

Epilogue. Bien que refusé, notre recours gracieux a atteint son objectif de remise à plat du débat.

Rappelons que le maire de Groix a affirmé lors d’un Conseil municipal qu’il n’avait été en contact avec Fabrice Loher au sujet de ce parking que deux fois, alors que le maire de Lorient fait remarquer que des concertations “étroites” ont été menées avec la mairie de Lorient. Chacun doit avoir une appréciation bien différente du dialogue « étroit ».

Jean-Claude Jaillette, Victor Da Silva

Inquiétudes à la Maison de santé : les médecins intéressés se défilent

Plus d’un habitant de Groix a été confronté à la même expérience que celle à laquelle nous venons de procéder. Nous avons en effet tenté de prendre un rendez-vous à la maison de santé de Groix pour une consultation de médecine générale via le site internet de Kersanté. Les deux premières étapes qui consistent à prendre connaissance du lieu de consultation et ensuite de choisir l’onglet correspondant à la spécialité, en l’occurrence la médecine générale, se passent bien. A la troisième, ça se corse : il s’agit de choisir le nom d’un praticien. Et là, rien, aucun nom n’apparaît, contrairement à ce qui est proposé dans le centre Kersanté de Lorient où huit médecins sont disponibles. Vient alors le calendrier. Au moment où nous avons consulté le site de réservation (le 29 septembre), une seule journée était   proposée, le vendredi 1er octobre. Pour les autres jours du mois d’octobre, rien, et encore moins pour les mois à venir. Comment interpréter ce vide ?

Selon les informations que nous avons recueillies auprès des professionnels de santé de l’île, les candidats médecins pour occuper un poste à Groix via Kersanté ne se bousculent pas au portillon. Ou plus précisément, ils semblent peu séduits par le système dans lequel leur propose Kersanté d‘entrer après avoir posé leur candidature. Rappelons en effet que le salaire proposé comporte une part fixe et une autre variable calculée à partir du nombre de consultations. Ce qui revient à exercer une pression sur le médecin pour qu’il limite au maximum la durée de ses consultations pour remplir sa journée de travail et s’assurer un revenu comparable à celui d’un médecin libéral. A moins qu’il allonge exagérément sa journée de travail.  En outre, sur une consultation de secteur 1 à 26 euros, Kersanté retient 45% pour la rémunération de son service. Si à cela on ajoute le fonctionnement chaotique de l’administration que l’entreprise de services de santé a mise en place tel que chacun a pu le constater depuis le début du mois de juillet dernier, l’ensemble des conditions d’exercice n’est pas très séduisant. 

Il faut écouter les médecins généralistes qui ont exercé à Groix par le passé pour comprendre que pratiquer la médecine sur une île éloignée des médecins spécialistes et des installations techniques de diagnostic demande un retour aux fondamentaux de la médecine généraliste. Ici plus qu’ailleurs, le dialogue avec le patient est important pour établir un diagnostic fiable. Il faut en quelque sorte être un peu spécialiste de tout, et surtout ne pas être enfermé dans un carcan économique qui pousse le médecin à multiplier les consultations et en raccourcir la durée au strict minimum. Une pratique qui semble bien éloigné de ce que propose Kersanté.

Kersanté est-il la solution miracle ?

Bref, aujourd’hui, Kersanté est dans l’incapacité d’apporter une présence médicale durable, même à court terme sur l’île. D’où une question, légitime : envoyé dans l’urgence par l’ARS (Agence régionale de santé) pour répondre aux besoins sanitaires durant l’été, ce prestataire de services de santé est-il capable de mettre en place une solution sur le long terme ?

Autre point délicat, celui de l’organisation des gardes. Il y a quelques jours encore, l’APSIG (association des professionnels de santé de l’île de Groix) se montrait sereine, espérant un partenariat avec l’hôpital de Lorient. A ce jour, rien n’est encore fait, et l’espoir que les choses se débloquent dans les jours qui viennent est assez mince.

Pas de panique pour autant. « Nous ne sommes pas abandonnés» précise Frédéric Delange, président de l’APSIG. Tous les acteurs, ARS, Préfet, mairie et professionnels de santé travaillent à la recherche d’une solution durable. « Nous avons beaucoup de contacts avec des médecins qui seraient prêts à venir dans un schéma libéral accompagné de conditions confortables d’installation. » Pas de panique donc car, il est fort probable que le calendrier des rendez-vous se remplira d’un jour sur l’autre, maintenant néanmoins les patients dans un climat d’incertitude qui pourrait en angoisser certain. C’est compliqué, mais ça n’est pas rien. Quant aux urgence elles sont toujours assurées par le SMUR qui dépêche l’hélicoptère en cas de besoin. Mais l’avenir reste à construire.

Reste que la population de l’île manifeste un besoin pressant d’informations. A cet égard, l’ESSORT (Equipe de soins et d’organisation Territoriale) a pris l’initiative d’organiser une réunion publique soutenue par la mairie le 6 octobre prochain à la salle des fêtes de Groix, une initiative que nous élus municipaux et départementaux avons appelé de nos vœux depuis plusieurs semaines.  Cette réunion est conçue comme un moment d’échange entre les professionnels de la santé et la population. Ce moment important devrait permettre à chacun de prendre la mesure de toutes les hypothèses d’organisation du système de soins sur l’île.

Marie-José Mallet, Jean-Claude Jaillette, Victor Da Silva